Décathlon

Aux travailleurs de Décathlon

LA JUSTICE DONNE RAISON AU SETCA.

LA LOI NE PEUT PAS ETRE VIOLEE IMPUNEMENT!

Il y a plus ou moins un an, à la même époque, le SETCa obtenait la réintégration d’un travailleur protégé licencié pour motif grave et ce, après un long combat devant les tribunaux. Motif grave, c’est ce que la direction invoquait pour licencier au rabais, sans indemnité, notre délégué.

Nous savions déjà depuis longtemps que Décathlon méprise la concertation sociale en entreprise et ne reconnait pas les mécanismes de conciliation au niveau des commissions paritaires. Dans le présent cas, un pas de plus a été franchi. En effet, depuis près d’un an, Décathlon fait la sourde oreille pour réintégrer ce travailleur. Pire, ces derniers mois, cette personne a à nouveau fait l’objet d’intimidations et a même vu sa candidature aux élections sociales ignorée par la direction (qui a omis de la reprendre sur les listes). Dans un premier temps, la direction a dû recommencer les élections sociales puisque la première procédure ne correspondait pas au prescrit de la loi. Le second essai de la direction de se conformer au prescrit légal de l’organisation des élections sociales a également échoué partiellement.

D’autres recours ont donc encore été introduits par les organisations syndicales pour divers motifs et ont trouvé une issue positive (la direction devra d’ailleurs à nouveau réorganiser les élections sociales pour le CPPT).

Nul n’est au-dessus de la loi, pas même Décathlon

En appel, la Cour du travail vient de donner raison au SETCa, la direction devait accepter les modifications de listes, notre représentant devait être pris en compte sur les listes et donc élu!

Nous espérons maintenant que l’acharnement de Décathlon à l’égard de notre représentant s’arrêtera là, nous y veillerons en tous cas!

Le fait syndical, la représentation syndicale, la concertation sociale, le respect des CCT doit être un droit chez Décathlon comme ailleurs. L’entreprise a beaujeu de se montrer sous son meilleur jour dans la presse ou dans ses publicités. La réalité sociale est toute autre. Il n’est pas normal de devoir systématiquement procéder devant les tribunaux justes pour faire respecter un droit aussi fondamental que le fait syndical.

Nous ne manquerons de vous tenir informés quant à l’organisation de lélection du CPPT.